Pourquoi mon poids stagne? Que faire?

Vous mangez sainement, vous faites du sport, vous comptez vos calories, et malgré tous ces efforts vous ne perdez plus de poids, votre poids reste stable ?

Nous allons vous donner dans cet article, l'une des raisons qui peut stopper complètement votre perte de poids.

Le mode de famine... plus précisément appelé l'adaptation métabolique est un concept souvent mal compris. 


Première partie :

perdre-ses-kilos


Il existe des preuves irréfutables qu'en cas de déficit calorique, le corps perd du poids. 

Cette perte de poids se produit dans tous les compartiments du corps : tissu adipeux, tissu squelettique, tissu osseux, et même les organes vitaux. Les lois de la thermodynamique s'appliquent à toutes les situations, c'est pourquoi ce sont des lois physiques. Cependant, le corps humain est un organisme biologique qui interprète les signaux et peut moduler les processus. Il s'agit d'un concept important à comprendre, notamment dans le cadre de la contestation des régimes à très faible teneur en calories.

Afin de préparer le terrain  sur la question "jusqu'où peut-on descendre nos calories ?", nous devons établir la différence entre les scénarios de famine réelle et les régimes hypocaloriques chez les personnes vivant normalement.

De nombreuses discussions portent sur la façon dont nous pouvons nous inspirer d'événements historiques tels que l'holocauste, au cours desquels des personnes ont été réduites à des apports caloriques incroyablement faibles ou n'ont pas reçu d'apport calorique pendant de longues périodes et ont perdu du poids jusqu'à ce qu'elles meurent. Puis, utiliser ce concept pour affirmer que le "mode famine" n'existe pas, qu'il n'existe pas de mécanismes biologiques de protection contre la perte de poids dans le cadre de régimes hypocaloriques et que si les clients ne perdent pas de poids : la solution consiste toujours à réduire le nombre de calories ou que cela fonctionnera toujours.

Il s'agit là d'une vision à court terme qui ne tient pas compte de la différence entre les humains en mode de famine forcée et les humains dans des situations réelles, ni des concepts liés à la physiologie et à la psychologie humaines.

Il existe une abondante littérature qui peut nous aider à comprendre l'adaptation métabolique qui se produit en réponse à des apports caloriques faibles, à quel moment les déficits caloriques ne suscitent pas de meilleures réponses, et comment comprendre ces adaptations et leur signification réelle.

Nous devons commencer cette discussion par le métabolisme humain et la façon dont il fonctionne en réponse à l'absence de nourriture et à la présence d'un excès de nourriture (remarque : la nourriture peut être échangée directement contre le concept d'énergie ; cependant, les humains mangent de la nourriture, pas de l'énergie ; il est donc plus utile pour cette discussion de placer ce point dans le contexte de la nourriture).

La première adaptation est une diminution de l'effet thermique des aliments, ce qui signifie que votre corps brûle moins d'énergie pour brûler les aliments que vous avez consommés.
Cette perte est négligeable pour la plupart des gens et ne représente pas un impact substantiel sur l'efficacité globale du régime, mais c'est un phénomène observé.

 La deuxième adaptation qui se produit en cas de déficit calorique est une diminution de la thermogenèse par activité non exercée (NEAT). Lorsque l'apport calorique total diminue, le niveau global d'activité physique non structurée (ou spontanée) commence à baisser.
Cela peut souvent entraîner une diminution de la dépense calorique quotidienne si elle n'est pas compensée par une augmentation délibérée de la NEAT.



La troisième et dernière adaptation qui se produira est la baisse de votre taux métabolique de repos (ou taux métabolique basal). Il s'agit d'un rapport constant dans les études sur la perte de poids. La raison principale de cette adaptation provient d'une perte de masse organique et d'une diminution des hormones clés comme la thyroïde et la leptine. Une adaptation métabolique se produit. Mais il est extrêmement important de noter que ces changements sont plastiques, c'est-à-dire qu'ils sont réversibles et que ces adaptations s'inversent lorsque la consommation de nourriture augmente après un régime. Cela a une implication importante, cela signifie qu'il n'y a pas de véritable dommage métabolique robuste, mais une plasticité métabolique qui fonctionne en réponse aux stimulis donnés.

Dans nos programmes, nous vous donnons le chemin à suivre si votre perte de poids est bloquée à cause d'une chute de votre métabolisme engendrée par de multiple régime restrictif.

Nous vous apprenons également comment manger mieux, pas moins ! Très important pour une perte de poids durable et saine.

 

Découvrez le programme BEB ici 

programme-perte-de-poids

 

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés